LE CURCUMA LONGA, 
UNE LONGUE TRADITION MÉDICINALE

QU’EST-CE QUE LE CURCUMA LONGA ?

Si d’aventure vous croisez un plant de curcuma sauvage, vous remarquerez d’abord sa magnifique fleur rose. Mais la véritable richesse du curcuma se situe ailleurs : sous terre, dans son rhizome. Car c’est cette tige souterraine qui, une fois séchée et réduite en poudre jaune orangée, est utilisée à la fois comme épice (ingrédient principal du fameux curry)... et surtout comme complément alimentaire aux multiples vertus !

D’OÙ VIENT LE CURCUMA LONGA ?

Si le curcuma longa est surnommé « safran des Indes », c’est parce qu’il en est originaire. On retrouve la trace de son usage dans des remèdes ayurvédiques ou en médecine traditionnelle chinoise dans des écrits datant de plus de 4000 ans avant notre ère. En occident pourtant, ce n’est que relativement récemment, en particulier à l’époque coloniale via les importations britanniques, que l’on a commencé à s’y intéresser.

QUELLES SONT LES VERTUS DU CURCUMA LONGA ?

Pour optimiser l'efficacité de la curcumine contenue dans Lacime, celle-ci a été liposomées de sorte à la rendre plus facilement assimilable par l'organisme : ce qui multiplie sa biodisponibilité, et donc son absorption, par 18 ! Sans cela la curcumine n'est pas soluble et donc passe tout droit sans assimilation par l'organisme. Et ça serait dommage !

En effet, les bienfaits de la curcumine (principe actif contenu dans la racine) sont nombreux et solidement établie. Ainsi l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnait son action dans le traitement des troubles digestifs tels que les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit ou la sensation de lourdeur.

La curcumine est aussi un puissant anti-inflammatoire et un antioxydant. On étudie actuellement avec intérêt son action sur des pathologies aussi diverses que la maladie d’Alzheimer, les maladies cardiovasculaires, le diabète... ou le traitement et la prévention du cancer. Excusez du peu.

Enfin, pour optimiser l’efficacité de la curcumine contenue dans Lacime, nous recourons à une technique d’extraction spécifique qui multiplie sa biodisponibilité, et donc son absorption, par 18 !